Nicolas Guiraud

Anthropocène

« En moins de 200 ans, l’homme a modifié pour l’éternité le système terre. L’Anthropocène est cette nouvelle période géologique.

Elle induit l’idée que l’espèce humaine est devenue la force géophysique dominante devant toutes les forces naturelles qui jusque là avaient prévalu.

A l’échelle du temps géologique – 4,5 milliard d’années – 200 ans représentent quelques dizaines de secondes d’une vie humaine – presque un instant décisif.

Cette improbable accélération de l’évolution de la planète laisse à penser qu’un point de basculement irréversible a été franchi.

L’horizon de l’espèce humaine semble s’être rapproché, questionnant sa simple survie biologique.

Paradoxalement, ce qui se joue ici, est la dissolution totale de la frontière qui sépare l’homme de la nature. L’avènement d’un monde enfin débarrassé de l’idée même de nature.

Un monde purement artificiel, innocent, fragile et hasardeux. L’Eden est ici et maintenant. L’accepter, c’est accepter une forme de jubilation sereine devant la beauté énigmatique d’un monde avarié. » N. G.

Bio

Nicolas Guiraud est né en 1970 à Bayonne, France. Dans son travail photographique et vidéo, il s’intéresse à la transition infiniment fluide qui sépare la fiction de la réalité. La photographie a le pouvoir de creuser l’espace entre l’imaginaire et le réel.

A travers ses séries de portraits ou d’espaces vides, les projets qu’il développe depuis plusieurs années s’articulent toujours autour de cette transition.

Il a exposé son travail photographique chez Colette, au Palais de Tokyo, au Festival international de la photo à Arles et à la galerie GZ  et chez Temple à Paris.